post

Le chat et le rat

Quatre animaux divers, le chat grippe-fromage,

Triste-oiseau le hibou, ronge-maille le rat,

Dame belette au long corsage,

Toutes gens d’esprit scélérat,

Hantaient le tronc pourri d’un pin vieux et sauvage

Tant y furent qu’un soir à l’entour de ce pin

L’homme tendit ses rets. Le chat de grand matin

Sort pour aller chercher sa proie.

Les derniers traits de l’ombre empêchent qu’il ne voie

Le filet ; il y tombe, en danger de mourir ;

Et mon chat de crier, et le rat d’accourir,

L’un plein de désespoir et l’autre plein de joie ;

Il voyait dans les lacs son mortel ennemi.

Le pauvre chat dit : « Cher ami,

Les marques de ta bienveillance

Sont communes en mon endroit ;

Viens m’aider à sortir du piège où l’ignorance

M’a fait tomber. C’est à bon droit

Que seul entre les tiens par amour singulière

Je t’ai toujours choyé, t’aimant comme mes yeux,

Je n’en ai point regret, et j’en rends grâce aux dieux.

J’allais leur faire ma prière,

Comme tout dévot chat en use les matins.

Ce réseau me retient ; ma vie est en tes mains :

Viens dissoudre ces nœuds. – Et quelle récompense

En aurais-je ? reprit le rat.

Je jure éternelle alliance Avec toi, repartit le chat.

Dispose de ma griffe, et sois en assurance :

Envers et contre tous je te protégerai,

Et la belette mangerai,

Avec l’époux de la chouette.

Ils t’en veulent tous deux. «  Le rat dit : « Idiot !

Moi, ton libérateur ? Je ne suis pas si sot. »

Puis il s’en va vers sa retraite.

La belette était près du trou.

Le rat grimpe plus haut ; il y voit le hibou :

Dangers de toutes parts ; le plus pressant l’emporte.

Ronge-maille retourne au chat, et fait en sorte

Qu’il détache un chainon, puis un autre, et puis tant

Qu’il dégage enfin l’hypocrite.

L’homme parait en cet instant.

Les nouveaux alliés prennent tous deux la fuite.

A quelque temps de là, notre chat vit de loin

Son rat qui se tenait à l’erte et sur ses gardes.

« Ah ! mon frère, dit-il, viens m’embrasser ; ton soin

Me fait injure. Tu regardes

Comme ennemi ton allié.

Penses-tu que j’ai oublié

Qu’après Dieu je te dois la vie ?

-Et moi, reprit le rat, penses-tu que j’oublie

Ton naturel ? Aucun traité

Peut-il forcer un chat à la reconnaissance ?

S’assure-t-on sur l’alliance

Qu’a faite la nécessité ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *