post

 Le Renard ayant la queue coupée

Un vieux Renard, mais des plus fins

Grand croqueur de Poulets, grand preneur de Lapins ;
Sentant ſon Renard d’une lieuë,
Fut enfin au piege attrapé.
Par grand hazard en eſtant échapé,
Non pas franc, car pour gage il y laiſſa ſa queuë :
S’eſtant, dis-je, ſauvé ſans queuë & tout honteux ;
Pour avoir des pareils, (comme il eſtoit habile)
Un jour que les Renards tenoient conſeil entr’eux :

Que faiſons-nous, dit-il, de ce poids inutile,

Et qui va balayant tous les ſentiers fangeux ?
Que nous ſert cette queuë ? il faut qu’on ſe la coupe.
Si l’on me croit, chacun s’y reſoudra.
Votre avis eſt fort bon, dit quelqu’un de la troupe ;
Mais tournez-vous, de grace, & l’on vous répondra.
A ces mots il ſe fit une telle huée,
Que le pauvre écourté ne put eſtre entendu.
Pretendre oſter la queuë euſt eſté temps perdu ;
La mode en fut continuée.

Jean de La Fontaine Livre V, fable 5

Le renard ayant la queue coupée.; J-B Oudry Source gallica .bnf.fr/BnF

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *